LE SERMON DU CURÉ DE CUCUGNAN

 « Dans le petit village paisible de Cucugnan, le Père Marti est bien décidé à racheter le salut de ses villageois. Entre enfer et paradis, venez partager son aventure extraordinaire pleine d’humour et d’esprit.»

La petite histoire d'un conte qui traverse les siècles

Tout commença en 1858, alors que l'abbé Ruffié, curé très dévoué de Cucugnan, avait remarqué que la foi de ses paroissiens s'affaiblissait. Pour échapper aux supplices de l'enfer, il prononça le fameux sermon qui fit de Cucugnan un modèle de vertu.

Les choses auraient pu en rester là si un voyageur inattendu, nommé Blanchot de Brenas, n'était venu séjourner à Cucugnan pour y découvrir les charmes des Hautes Corbières. Il y fut surpris par la foi de ses habitants et par l'histoire du sermon de l'abbé Ruffié.

C'est alors que le magistrat passionné de voyage et de littérature décida de traduire en français le sermon et le fit paraître dans « La France littéraire » en 1859.

Ce conte plein d'esprit attira l'attention de Roumanille, un félibre*, qui s'en inspira pour écrire à son tour un «Curé de Cucugnan» en provençal que « L'Almana Prouvençau » publia en 1867.

Le sermon de l’abbé Ruffié commençait à faire parler de lui lorsqu’Alphonse Daudet y trouva matière à chef-d’oeuvre et le fit paraître en 1869 dans les célèbres «Lettres de Mon Moulin».

 

En 1884, c’est au tour d’Achille Mir, un félibre carcassonnais très connu, de ramener le conte à ses origines à travers une traduction en occitan. « Le Sermon de l’abbé Marti, Curé de Cucugnan » fut très apprécié des amateurs languedociens.

 

S’en suivront également deux hommages célèbres tout d’abord en 1955 avec un disque de Fernandel, puis en 1967 avec un film de Marcel Pagnol.

 

C’est ainsi que vous pouvez aujourd’hui découvrir le village de Cucugnan notamment à travers ses rues Alphonse Daudet ou Achille Mir.

 

Aujourd'hui, une toute nouvelle version du spectacle est arrivée !

L'histoire du curé